• Goëland Lambert

    • Arrête, arrête donc, Jonathan le goéland ! Tu vas t’écraser, tu vois bien ! et ici ce ne sera pas l’herbe d’un aéroport, encore moins celle d’un terrain de golf. Enfin, tu veux vraiment te brûler les plumes ventrales ?
    • Tu sais, j’en assez … Je suis obsédé. Ils ont réussi à me faire me ronger les sangs, à me traumatiser, à me rendre la vie invivable, à cause d’une simple interrogation : Suis-je un goéland, ou une mouette ? « Excellente question », s’exclament-ils en riant. Une question, en fait, existentielle, identitaire. J’ai perdu toute forme d’identité. je ne peux même plus dire à mes enfants … ce qu’ils sont. 
    • Oh ! et puis zut, Jonathan ! On peut très bien vivre, tu sais, sans carte d’identité. tu as l’identité de ton choix, pas celle que l’on t’impose ou te refuse. En fait, c’est le passeport qui compte, pour voyager, non ?
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Sommaire

    Offrir des livres

    Vous la connaissez, celle-ci ? : "J'ai proposé à mon ami, l'autre jour : Tu sais, j'ai pensé à l'anniversaire de ta femme. Et si on lui offrait un livre ? Sa réponse : Un livre, à ma femme ? mais elle en a déjà un !"

    Alors ... offrir des livres ? Oui, mais beaucoup à la fois, et en toute connaissance de cause : Il faut tenter de faire le tour des éventuels futurs lecteurs, les tenter, leur inculquer une furieuse envie de courir à la librairie, surtout si c'est pour acheter une de mes dernières oeuvres. 

    Lire, c'est s'isoler, dans un coin discret, silencieux, et laisser la magie se produire. Puis s'abandonner, attendre. Puis intervenir, lorsque le besoin d'écrire se fait trop fort, sous forme de chroniques dans Facebook, une par jour. 

    Et lire, le coeur libre, oui !

    Et le sommet : Lire en public, à voix haute. S'offrir.

    "Ainsi l'a dit Bernard Pivot" dans son livre "Lire".

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    7 commentaires
  • "Celles et ceux que j'admire", Charlotte Saule

     

    Celles qui, ceux qui…

    Ceux qui n'ont jamais fauté, je leur jette la première pierre.
    Celles qui me lorgnent puis m'adressent des clins d'œil, à la piscine :

    qu'elles aillent se rhabiller.

    Celles qui me crient de me calmer puis rigolent sous cape. Ont raison.
    Celle qui est dans mon lit n'a plus vingt ans depuis longtemps.

    Ceux qui veulent voyager loin, paraît-il, ménagent leur monture.
    Celles qui, celles qui,… quoi, celles qui ? Et ceux qui, alors ?


    Ceux qui se foutent de celles qui ne foutent rien.
    Celles qui, de Guérande ou d'ailleurs, ne manquent pas de sel, dites-donc.
    Ceux qui sont prêts à écouter celles qui ne disent mot car elles n'ont rien à dire,

    ceux-là, oui, n'ont plus qu'à la fermer, et attendre.

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • Un corps de rêve

    Un corps de rêve.

    Le boucher-charcutier, hachoir en main, s'égosillait :

    « Mais, ma pôv dame, je vais devoir faire les gros yeux, encore une fois ! Bon, je sais, c'est tellement bon, le boudin blanc … Oui, c'est trop délicieux, en voilà un cri du cœur. Merci bien, pour le compliment, mais je suis tout de même contraint de mettre les pieds dans le plat.

    Et puis, arrêtez, au moins pendant que je vous parle, de vous servir seule, de goûter à tout, et de goinfrer. Et vous repartirez, comme d'habitude, sans rien acheter : ça suffit !

    Si Mme la charcutière arrive, vous allez tomber sur un os, c'est moi qui vous le dis ... »

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • Je suis dans la Lune

    « Je suis dans la Lune, ne la décrochez pas ! »

    Du haut de son échafaudage, Nimbus apostrophe le savant Cosinus. Ces deux-là se connaissent depuis la naissance du Monde, comme des frères qui se rencontrent (enfin … des frères qui, eux, se rencontreraient …) :

    - Dites, Cosinus, je comptais sur votre aide, pour rester là-haut.

    • Arrête tes histoires, Nimbus ! Tu en fais trop, tu nous fatigues.

    • Oui, je sais, je radote ; Mais tu ne m'auras pas, je ne descendrai pas ! Je resterai sur ma Lune, mon rêve antique, mon astre intime. Elle est ma raison de vivre, ma résistance, ma bouée. Elle guide mes pensées, m'évite les ruminations car pour moi trop penser est dangereux. Mon médecin m'a bien prévenu : « Arrêtez de vous prendre la tête, vivez au jour le jour ! Carpe diem, nom d'une pipe ! »

    Alors, je suis dans la Lune, enfermé dans mes rêves, aveuglé par mes utopies, mes élucubrations. Difficile, par les temps qui courent.

    En bas, c'est l'enfer. Encore hier, un bain de gaz lacrymogènes, et de la lumière toute la nuit …

    Cosinus, s'il vous plaît, ne tuez pas mes garde-fous. Laissez-moi mes passerelles vers le bonheur, là-haut. Tout le plaisir est dans sa recherche et sa conquête.

    S'il vous plaît, ne décrochez pas la Lune !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  • Deux portraits.

    Un vieil homme parle :
    "Tu sais, Dali, j'ai vu ton autoportrait chez toi, je l'ai vu, très longtemps, bien trop longtemps. Le maître riait de mes yeux étonnés, exorbités même, et s'esclaffait devant mes incompréhensions. Un jour, il me lâcha : "Normal, il ne peut pas apprécier, le nègre. »
    Je ne savais pas si c'était beau, on ne m'a jamais appris ce que signifie ce mot. Mais j'avais peur. Peur de ce visage éclaté, écartelé, déchiré comme l'âme de Dali, une expression à la fois clownesque et menaçante, une manifestation de haine et de violence.
    Cela m'a pris un long temps pour découvrir la langue qui coulait lentement, comme du miel et se répandait au sol, glissait tel un serpent visqueux.
    Depuis ce temps, j'ai pris à mon compte l'expression « soft self portrait ». Mais je connais, moi, mon visage. Et je ne le jette pas en peinture et en pâture en pleurant. Ils en seraient si fiers, les riches blancs. Avilis, diminués, niés,  ils nous ont tout fait, les riches blancs.

    Je n'ai plus de voix : mes mains parlent bien mieux que moi. »

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  • Liste de mots à placer dans un texte : coloré – animal – nature – campagne – surprise – jambon – innocence – basse-cour – diversité – bestiaire.

    Une surprise aujourd'hui : Françoise, de nature innocente, et au vocabulaire coloré, s'attelle à nous faire apprécier la diversité du bestiaire offert à notre vue.

    Des animaux ? Oui, bien sûr ! Mais pas de pré, mais des vaches. Pas de basse-cour, mais des coqs et des poules. Toute la campagne est réunie ici, source insatiable d'inspiration, mais Françoise a oublié le principal l'inévitable en pays fouesnantais : le coup d'cidre et le sandwich jambon-beurre.

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • Un gars d'laville

    Un gars d'la ville, ouais, c'est bien ça. C'est forcément la raison : Je suis traumatisé. Le mot est trop fort ? Non ! Gars de la ville, je suis passé d'un coup d'une ville de 220,000 habitants à un bourg de 2.000 villageois.

    Tizef, Brestois, Bressoâ avec l'accent … Oui, et je ne fais rien pour me soigner. Je m'y complais, même.

    Je suis traumatisé par les vaches, je ne parviens pas à m'y habituer. Vachophobie. Vaccophobie ?

    Vacuité … Dans mon quotidien, je n'ai l'occasion d'être en présence de vaches – et la réciproque est vraie – qu'en période de vacances. Et encore, durant les vacances j'aime beaucoup visiter … les villes.

    Alors … Prime Holstein, Pie noire, Salers, et autres, pas question de les approcher : Panique ! Si je tente de m'approcher, de caresser le museau pour en amadouer une, la grosse tête se tourne et les gros yeux globuleux me fixent, interrogateurs, semblant ne pas me voir.

    J'évite de passer derrière l'animal, bien sûr, car elle me gratifierait, pour ma peine, d'une puissante ruade. Je serais projeté sur sa voisine, le choc ferait tourner leur lait.

    Voilà pourquoi j'ai un problème, je crois que … j'adore le lait.

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Rita
    Ma pauvre,
    Es-tu tarie ?, 
    Tes trop belles couleurs
    sont des pièges bien attirants,
    et tout mon être s'y perd ...
    Comment une pintade pourrait-elle
    Me faire taire et trembler 
    sans faim, ni appétit ?
    Tu y parviens, 
    sacrée coquine, 
    Rita 

    ...................................................................................
    Le coq et le renard.

    Ne bouge plus, sieur Coq,
    Te voir me trouble et m'éblouit,
    D'habitude pourtant je ne pense à toi que cuit.

    Holà renard, pas si vite, bientôt tu me parlerais
    De fromage, mais celle-là je la connais,
    Et ne tomberai pas dans ton piège.

    Mais Sieur Coq je ne te veux que du bien, 
    je prépare mes pinceaux pour te croquer, tu es si beau.
    Tes bajoues rutilantes, ta queue royale et imposante ... :
    Je n'y tiens plus.

    Arrête, la bête, assez le bavard.
    Regarde moi bien si tu veux bien, 
    tu verras mes pattes enfoncées dans la boue, c'est, dit-on, la meilleure position pour la méditation.

    Méditation ? s'écrie compère le renard, et, bousculant Chantecler, il plonge dans la flaque qui l'engloutit, victime de son poids.

    Moralité : Un jour gagnant, un jour perdant, la chance ne sourit pas toujours aux mêmes. Aussi pensons à notre sort afin de ne point nous piéger nous-mêmes.

    Loïc de La Fontaine

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires

  •  

    Ma madeleine à la crème.

     

    Nous passons, lors d'une promenade familiale, devant "chez Touz", nous reniflons la bonne odeur du chocolat. Chez Touz, c'est la grande fabrique de petits gâteaux et de pâtisseries de toutes sortes. Mon frère, âgé de sept ans de moins que moi, est installé dans son landau. Pour Noël, nos parents nous offrent de nous asseoir pour déguster un chocolat, et j'admire la vitrine décorée d'un magnifique circuit de train électrique. Plus loin, près des attirantes œuvres de diverses reproductions « en chocolat » (c'est magique!), un pivert plonge le bec dans un verre à long cou, puis remonte, tout seul, sans moteur. Pour l'éternité. À l'entrée, un Père Noël propose la photo traditionnelle en sa compagnie…

    On cuit du chocolat, aujourd'hui. Et j'ai réussi à trouver et recopier, dans un almanach Vermot, la recette de la crème au chocolat. J'ai simplifié à ma façon, pour avoir moins de vaisselle à faire, et la voici :

    Je chauffe un litre de lait dans lequel je verse trois ou quatre grandes cuillerées de chocolat Poulain (publicité gratuite). Je délaye dans un bol une belle cuillerée de Maïzena dans du lait, et, quand le chocolat bout dans la casserole, j'y verse cette poudre magique, qui cuit en quelques secondes. Je verse la crème dans des ramequins, c'est fini ! Je place à refroidir, mais le meilleur est lorsque je gratte le fond de la casserole : ce chocolat brûlant est un délice…

    Actuellement, je fabrique encore de temps en temps cette mixture, que je déguste devant la télé, et tout me revient : papa, dans sa lourde "canadienne", le landau aux toutes petites roues, le Père Noël, les dames chics qui font emballer de succulents gâteaux, et surtout l'extrême plaisir de se trouver là, en famille, uniques et isolés dans la foule des passants de la rue Jean-Jaurès. C'est sans nul doute ce plaisir que je retrouve lorsque je déclare goulûment : « Je vais faire ma crème ! »

     

    Loïc, mai 2005 (et toujours aussi lichou)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    6 commentaires
  • Je rêve un peu, ces derniers jours, devant le triste spectacle du Monde ... et je me retrouve en 1971, à 19 ans, plein d'enthousiasme et de jus, plein d'espoir à un moment où certains pensaient que "ça ne pourrait pas être pire", et où d'autres s'efforçaient de croire aux possibilités de changer le Monde et surtout les hommes ...

    Mai 68 (en serais-je un "ancien combattant"), puis les Hippies, puis, et puis ... et puis la vie professionnelle, et puis la retraite, et puis "place aux jeunes".

    Un vieux râleur ? je préfèrerais "un jeune rêveur". Rêveur n'est pas encore une insulte.

    Merci, Almanito, pour ce bon coup de main technique pour publier cette musique, "Imagine, en français" :

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  • Exercice de style : Ravi, émerveillé.

     

    Oh, regarde, mon garçon, regarde ! Non, pas à la boulangerie, pas les croissants, non. Regarde cette petite dame, toute mignonne, toute souriante. Regarde donc ces jolies moufles aux couleurs de Noël, ces teintes bariolées qui se marient avec son teint si frais ainsi, si enjoué ! C'est si croquant, j'en suis émue à pleurer, bouleversée.

    Mais regarde donc, petit, regarde : on dirait la femme (ou la maman ?) du Père Noël ! Mais elle ne va pas s'arrêter pour la photo, non. Elle, c'est une vraie. Et puis, elle connaît les belles manières : Elle a attaché son chien, bien plus grand qu'elle, ma foi, à un poteau sur le trottoir, avant de pénétrer dans la boulangerie (un lévrier afghan ?) … Elle connaît bien toutes les règles de la bonne société.

    Comment ça, et moi ? Bien sûr, je respecte aussi les bonnes manières. D'ailleurs je vais aussi acheter quelque chose, en n'oubliant pas de faire, avant de sortir, des petits bisous charmants et charmeurs à la petite vendeuse.

    Quel bonheur !

    Oui, mais … Attention au chien !

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • Exercice de style : Hésitations.

    Une dame, étrangement drapée dans un grand manteau blanc (ou rouge ? je ne sais plus), tournait et se retournait dans tous les sens, pensant qu'il était temps qu'elle arrête de faire la poule saoûle et qu'elle se décide (ou non) : des pains au chocolat, demain matin, au tidej ? Ou pas ?. Elle se dirigea d'abord, en trois ou quinze pas précipités, ou lents, - c'est selon, et tout à fait subjectif, on est sportif ou pas - vers une devanture de boulangerie, sur laquelle son chien (mais n'était-ce pas plutôt un chat?)  laissa un souvenir liquide et jaune.
    Mais elle n'y entra pas : son chien ne voulait pas, et tirait tellement qu'elle finit par le suivre, jusqu'au commissariat de police. Ou un hôpital, je ne sais plus. En tout cas il y avait beaucoup de gens masqués, avec des gants, et ça criait de tous côtés. Donc, impossible de savoir. Ah si, elle a vu « Urgences ». Mais non, pas plus avancée…
    La tête commençait à lui tourner. Une brouette - ou un lit à roulettes ? -  la dépassa en trombe, et elle reprit connaissance dans le bloc opératoire, à l'ambiance très joyeuse aujourd'hui, grâce aux airs de biniou et les danses bretonnes et les chants entonnés par… Étaient-ce des policiers, ou des infirmières, ou des médecins, ou des malades qui n'en pouvaient plus d'attendre, ou des malades déjà soignés mais ne trouvant pas la sortie…?
    Elle pensa : « Mais au fait … où est donc passé mon chien, dans l'histoire ? Il faut absolument que je le retrouve… Oh, et puis non ! »

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • Un « exercice de style », un vrai de vrai, de Raymond Queneau dans son intégralité (99 textes, avec 99 thèmes) :

    http://www.oasisfle.com/ebook_oasisfle/exercices%20de%20style%-%20queneau_raymond.pdf

    Bonne lecture ! 

    J'ai commis ceci :

    "Enjoleuse"

    (Sur un quai de gare, une jeune femme rencontre

    un homme qui lui jette un regard,

    puis elle entre dans la boulangerie ...)

    Sur un quai de gare

    Gare, gare, gare au train

    Prends garde à toi

    Une jeune femme

    J’te l’avais bien dit

    Toutes sont des pièges

    Gare aux appâts

    Elle rencontre un homme

    Elle l’a cherché

    Il l’a cherchée

    C’est le destin

    Ils le voulaient bien

    Elle lui jette un regard

    Enflammé le fond des yeux

    Piégé le p’tit chéri

    Elle entre dans la boulangerie

    Et commande une couronne

    C’est ce soir qu’elle se marie

    train_004

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  • Les exercices de style, de Raymond Queneau

     

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Exercices_de_style

    ou l'art et le jeu d'écrire 99 textes, de 99 façons différentes,

    avec pour point de départ la phrase suivante :

     

    « Une dame entre dans une boulangerie avec un chien. »

     

    Descriptif.

    Une belle dame, coquette, de la grande ville du bord de mer, pénètre avec précaution, puis en éclatant de rire, dans une boulangerie toute blanche, toute petite, et presque invisible, au fond de la rue. Il s'en exhale un délicieux parfum de pains au chocolat. Elle tire tout à coup, furieusement, sur la jolie laisse rouge de son chien saucissonné, qui freine des pattes avant, car il n'aime pas ça, le chocolat. Et puis c'est très mauvais pour les chiens, voyons.

     

    Précis.

    La jolie – quoique défraîchie – vendeuse des Dames de France, à Paris XVème – mais si, vous savez bien, en haut à droite de la station de métro Général Boulanger – s'arrange avec soin et méticulosité avant d'entrer dans une échoppe ravissante, à la devanture qui scintille de dorures, de décorations vertes et rouges de Noël.

    Avant d'ouvrir la porte trop lourde (8 kg, c'est bien trop lourd pour elle, son mètre cinquante huit, et ses quarante sept kg …) trop lourde, disais-je, de cette boulangerie, elle jette un regard curieux sur le mur d'en face : Près de la station des Vélibs entassés en vrac sur le trottoir s'étale fièrement, en grandes lettres blanc sale qui dégoulinent, l'injonction : «  Défense d'afficher, loi du 14 juillet 1881 ».

    Elle sursaute : « C'est la date de naissance de ma grand-mère ! » Il faut dire que c'est Léone, sa grand-mère paternelle, elle n'a pas connu l'autre, dont le mari est mort à Verdun. 

    Elle se tient droite dans la boutique ; le choix va s'avérer difficile, entre tous ces merveilleux gâteaux multicolores, éclairs, choux, Paris-Brest … Vous ne voulez pas que je vous raconte l'histoire du gâteau Paris-Brest ?

    Son chien est resté dehors, attaché à un réverbère noir verni, pas encore allumé car la ville fait des économies depuis 26 jours et demi. Il n'a pas le droit d'entrer ; son air renfrogné et ses babines qui vibrent en sont la preuve.

    Elle ajuste tranquillement ses bésicles à monture or, relève la tête et sa chevelure bouclée comme celle d'une petite fille, et commande à voix basse deux pains au chocolat à la petite jeune fille dont je vous parlerai car il est déjà 17h42min34s et elle vaut le coup qu'on s'y attarde, ne serait-ce que 18 minutes et douze secondes.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique