• <header class="entry-header" style="background-color: white; color: #444444; font-family: 'Open Sans', 'Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif; line-height: 30px; transition: opacity 0.3s linear;">

    </header>
    Lors de notre visite du beau parc botanique de Boutiguéry, à Gouesnac’h, dans le sud Finistère, Géraldine a proposé à notre groupe d’écriture de produire un texte à propos de ce parc, mais avec l’interdiction d’utiliser les mots suivants :
    Arbres –fleurs – sentier – bois – feuilles – beau – parc – marcher …
    Le domaine de Boutiguéry, ICI
    ………………………
    Ronds, rondouillards même, ou élancés, majestueux ou discrets,
    encore dénudés ou déjà revêtus d’une verdure qui tremble doucement au vent,
    les rois de la forêt nous saluent lors de notre cheminement
    à travers le site arboré et floral de Boutiguéry, une merveille.
    Ici, tout est calme. Seuls troublent le silence les pépiements et les chants des oiseaux.
    Les multiples couleurs, en une harmonieuse palette, subliment la nature.
    Calme, volupté, lâcher prise, renaissance.
    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • On a pu lire récemment, dans la presse locale 
    du Sud-Finistère, l'information suivante :

    En octobre 2016 : Une boîte, mais aussi un bar à strip-tease.

    La zone de Troyalac’h*, aux portes de Q, va s’encanailler. Une discothèque et un bar à strip-tease sont en projet.
    La société XXX, qui gère déjà le M à L, s’implante dans le Finistère. Elle reprend des locaux inoccupés, à proximité de l’entreprise FB, dans la zone de Troyalac’h à YYY.
    Le projet, aux portes de Q, le long de la Nationale 165, est déjà bien engagé selon son gérant, qui pour le moment tient à garder l’anonymat. Les noms sont choisis. Ce sera la Chrysalide pour la discothèque et le Darling Strip club pour le bar à thème.

    Les permis de construire, déposés mi-septembre sont en cours d’instruction. L’ouverture de la discothèque est prévue pour la mi-avril, au plus tard début mai. Il est aussi prévu que la discothèque accueille des « boums anniversaires », les mercredis et samedi après-midi, ainsi qu’un public plus âgé, deux dimanches après-midi par mois. La partie du bâtiment destinée au bar à strip-tease peut déjà accueillir du public et pourrait ouvrir avant la fin de l’année. Le bar fonctionnerait uniquement en semaine à partir de 20 h. Les deux établissements pourraient créer une quinzaine d’emplois.

    *Précisions importantes :
    1) La zone de Troyalac'h est une zone industrielle périphérique de la ville de Q.
    2) "Troyalac'h" signifie, en breton, "Coupe-la-bourse". On peut en déduire que ce lieu était autrefois un endroit réputé pour être un coupe-gorge, un repaire de voleurs ou pire ...


    Janvier 2017 : La société XXX projetait d’ouvrir un bar à strip-tease en fin d’année 2016, zone de Troyalac’h, à YYY. L’instruction du permis de construire est toujours en cours. « L’arrêté devrait intervenir avant le 15 février, date butoir après cinq mois d’enquête. Ensuite, nous pourrons commencer les travaux. Nous n’envisageons pas une ouverture simultanée des deux établissements avant mai ou juin », indique le propriétaire des lieux, Mr. X.

    Alors voilà : Comme vous pouvez l'imaginer, cette info a fait un effet boeuf dans la région, pour des raisons évidentes OU NON. Et on a fait appel à des personnes compétentes pour donner leur avis sur ce sujet. Le problème (au moins pour moi) est que l'on m'a, dans le lot, désigné pour donner "mon accord" ou "mon veto".
    Complètement désemparé, je viens vous supplier de m'aider, en me glissant, en commentaires, vos points de vue (sérieux ... ou moins !)
    Humour permis et fortement suggéré, bien sûr. Merci d'avance.
    Partager via Gmail Yahoo!

    17 commentaires
  • Pierre Denic, "de Molène à Sein", Fort de Sainte-Marine, Finistère

    Une île en vue …
    La mer est grosse, aujourd’hui. Molène est en vue. Le débarquement sur la digue sera difficile. Mais le ciel est bienveillant, pur, diaphane. Quelques minutes de bleu transparent, puis on passe au vert bouteille des vagues agitées. Gare aux esquifs, taches brunes toujours traîtresses.
    Molène est pour moi une étape sur la route d’Ouessant. Molène, l’inconnue que je me suis promis de visiter un jour. Molène les vacances, « le Caillou », disent les Ouessantins. Ouessant la fière, la secrète, la sombre, le tempérament, mais aussi l’accueil, la chaleur humaine. Ouessant, où le travail m’attend.

    Le peintre :  Pierre Denic. Un aperçu de ses toiles, ICI
    Partager via Gmail Yahoo!

    16 commentaires
  • Un des bonheurs si simples et si rares dont Internet peut nous faire cadeau est la rencontre avec "les autres". 
    Les autres ? celles et ceux qui nous lisent, apprécient, et franchissent le pas : Ils (elles) nous contactent, et ... longues conversations, découvertes d'atomes crochus, échanges parfois plus intimes, plus émouvants ...

    Marie-Hélène nous invite (et surtout les habitants 
    de la côte nord du Finistère) 
    à partager, à Saint-Pabu, le 29 septembre.
    QU'ON SE LE DISE !
     à voir ICI, un extrait de "La petite plage".

    Partager via Gmail Yahoo!

    13 commentaires


  • Fil rouge sur « jardin et jardins »
    ……….
    ‘Il était à fleur de peau’ (incipit), n’en pouvait plus, allait craquer. On avait fait venir au théâtre des hordes d’ados, certains déchaînés comme ils – ou elles – savent l’être, et tous rivalisaient pour piailler comme des corneilles, lors des instants lesquels ils délaissaient leurs smartphones…
    Vite, ouvrez le rideau, je ne me retiens plus !
    ……….

    ‘Une jolie fleur dans une peau de vache…’ (à utiliser au sens propre)
    Elle n’est pas bien réveillée, ce matin… Ou alors, c’est le grog d’hier soir ? Ce steack paraît excellent, juste à point, mais cette odeur : insupportable, mais aussi tellement incongrue !
    Elle flotte entre les frites ; la sauce semble irisée, comme des traces de mazout sur une mer calme.
    Elle attaque la viande, commence le dépeçage, ayant en horreur le gras autant que les morceaux ‘chewing-gum’.
    Soudain un parfum se dévoile sans prévenir, presque agressif : une magnifique rose, rouge comme il se doit ici, s’ouvre largement, éblouissante, surmontée d’un délicat brin de persil…
    Ah mais oui ! C’est aujourd’hui, le printemps !
    ……….

    Un slam, avec mon prénom.

    Je m’appelle Loïc
    Dit le magnifique
    Mais c’est l’hystérique
    L’apocalyptique
    Le dithyrambique
    Sois donc poétique
    Mais pas dramatique
    Et retiens tes tics
    Toi le colérique
    Pas de politique,
    Sinon on te nique
    Chic ça tombe à pic
    Je vais à Pornic
    Ou bien à Binic
    Pas si tyrannique
    Pas un p’tit moustique
    Pas une méchante tique
    Tellement pacifique
                                 Qui chante sa musique                              


    « Jardinothérapie » ?

    Dans ce grand jardin
    Mais oui c’est le mien
    Souvent ça dépote
    Car je pense aux potes
    Hélas je suis loin
    De tout ce tintouin
    Qu’on a fait honteux
    En ville du Levant
    En vain il m’appelle
    Donne de ses nouvelles
    Et ses feuilles tremblantes
    Paraissent implorantes
    Occupe-toi de moi
    Laisse donc là ton moi
    Tes lointains émois
    Le talus le lierre
    Une vraie misère
    Réclament ta présence
    Que l’eau abondante
    Te donne l’envie
    De prendre ta vie
    En main
    Merci mon jardin
      

    Loïc R.
     
    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • Ce qui m'étonne…

    "Ce qui m'étonne, sur cette photo" : 

    Cette profonde concentration, chez chacun et chacune de ces écrivants et écrivantes.
    Chaque regard (mais beaucoup ne sont pas visibles, hélas, car les têtes sont penchées en avant) exprime à la fois un lâcher prise, une introversion et une communion autour d'un même sujet, qui resserre les liens. Mais ce peut être aussi un « chacun pour soi » provisoire, qui donnera lieu, au moment de lecture, à des retrouvailles, à des redécouvertes. En attendant, on soutient la tête, lourde, si lourde…
    Ce qui m’étonne aussi : Une seule personne ne semble pas concernée : elle s'est retournée, dérangée par un homme étranger à l'atelier d'écriture. Mais elle retrouvera bien vite le bourdonnement de ses neurones et les chuintements de ses méninges, et replongera dans les mystérieux et délicieux grattements du stylo, dynamiques et hypnotiques.
    «  Bon, nous allons lire, à présent, puisque que tout le monde est prêt ».
    Le charme est rompu.


    «  Attribuons des bulles » aux personnages, ou « le jeu des didascalies ».

    «   Françoise vient d’énoncer sa consigne : « Vous allez maintenant faire parler vos personnages… »

    «   Je suppose que chacun a quelque chose à dire mais, puisque que vous êtes huit, nous allons faire un tour de table en commençant par la gauche…
    .................................................
    «  Bon, il faut que je m’y mette ! Et cette fois, je m'efforcerai de ne pas me dévaloriser en affirmant que vous tous écrivez mieux que moi ! »
    «    Oh, j'ai oublié d’écouter ! Françoise, tu veux bien faire comme si je n'avais pas bien compris ta consigne ?
    «  – Oui, je sais, je me cache, mais vous parviendrez bien à reconnaître mon style, non ? »
    «  – Et, dites donc, moi je suis déjà partie, vous savez ! Il est temps de vous lâcher ! Bouchez vous les oreilles, ça vaut mieux, si nos remarques à voix haute vous dérangent ! …
    « - Eh ! j'ai une panne de stylo ! Au secours !
    «  - J'espère que vous allez être bien inspirés, allez, on se concentre …
    «   -Tu sais que tu commences à m'embêter, toi, avec tes sujets à dormir debout ?
    «  –Vous me troublez, avec vos papotages. Taisez-vous, je vous en prie ! …
    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  •  Après la légèreté du 1er avril ... et une pause "santé et famille" : Un sujet (brûlant) de société.
    Vos avis et commentaires seront les bienvenus !

     (Revue de presse du Télégramme, 12/04/2016)

      12 avril 2016 / Propos recueillis par Gilles Carrière /


    Albert Ogien. Quelle démocratie demain ?  
    Mouvement des Indignés, « Nuit debout », Pegida... le sociologue Albert Ogien, directeur de recherche au CNRS, évoquera « Les nouvelles formes de mobilisations citoyennes » la semaine prochaine dans le cadre de la Liberté de l'esprit.
    Interview.

    En Occident, on a assisté ces dernières années à des tentatives de reconstruction, à la base (Occupy Wall Street, les Indignés...) du modèle démocratique. Faut-il y voir une nouveauté ou tout simplement la résurgence d'une tradition qui s'était déjà manifestée avec les Gracques sous la Rome antique ?
    L'histoire est certes un éternel recommencement, mais elle ne se répète pas deux fois à l'identique. Il existe, depuis l'origine de la Cité, une lutte incessante entre dominants et dominés, entre gouvernants et gouvernés. Elle prend, à chaque époque et dans chaque situation, une tournure différente. Il semble que nous soyons entrés dans une période où la forme de démocratie représentative qui s'est imposée en Occident au lendemain de la Seconde Guerre mondiale doive être profondément repensée. Ce qui est nouveau dans cet antique combat de Gracques, c'est aujourd'hui l'exigence d'une extension des droits des citoyens en matière de décision politique ? non pas de participation, mais bien de détermination concrète des problèmes publics et de la manière dont il convient de les résoudre. C'est cela qui se manifeste sur les places, de Madrid ou New York hier, à Paris et ailleurs aujourd'hui.

    Comment interprétez-vous le mouvement « Nuit debout » initié il y a peu à Paris ?
    La Nuit debout reprend la forme d'action politique qui s'est inventée lors des occupations de places des années 2011 ? de Tunis à New York, de Sanaa à Ouagadougou, d'Istanbul à Hong Kong. Cette forme, c'est le rassemblement, c'est-à-dire la construction d'un espace ouvert et livre de débats et de vie collective, qui s'organise en dehors des partis et des syndicats, et qui vise à donner corps à la puissance des citoyens ordinaires. Un bel exemple en a été la Puerta del Sol à Madrid, qui semble avoir frappé les esprits puisque c'est celui qu'on cite toujours en modèle. Pourtant, ceux qui ont conçu et organisé le campement de la République ne s'en revendiquent pas. C'est peut-être qu'ils n'envisagent pas la suite de l'affaire comme la construction d'un Podemos à la française. Pourtant, je ne suis pas sûr que cela serait un mal en considérant ce qui se passe en France à la gauche de la gauche.

    Que penser, à ce propos, des zadistes ? Les méthodes musclées dont ils font parfois usage peuvent-elles être s'inscrire dans le fonctionnement d'une démocratie apaisée, en apparence du moins ?
    En apparence, vous avez raison de le dire ! Je crois qu'il n'est pas inutile de rappeler que les réponses musclées de zadistes sont souvent des réponses à des actions musclées qui sont menées contre eux. On peut aussi se poser la question de savoir ce que serait une démocratie ?apaisée? : un espace public où les conflits d'intérêts ne s'exprimeraient plus, où les manières différentes de concevoir le bien commun et sa réalisation auraient disparu, où une seule façon de conduire les affaires publiques s'imposerait sans débat ? C'est sans doute ni souhaitable ni possible. La démocratie vit des oppositions entre orientations concurrentes. Et il arrive parfois qu'une question provoque des affrontements qui ne sont pas que verbaux. Le monde paysan sait de quoi il retourne. L'apaisement qu'offre la démocratie, c'est celui que permet le fait de s'accorder sur nos désaccords sans que cela ne remette en cause la cohésion et la solidarité. C'est pourquoi il faut toujours faire vivre le débat ? même s'il est un peu musclé.

    Association "La liberté de l'esprit", conférences et débats, Quimper : http://www.lalibertedelesprit.org/
    Pratique
    Conférence le 20 avril, à 20 h, à l'hôtel Mercure, Quimper. Entrée : 6 € et 8 €.
    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires

  • Afficher l'image d'origine



    L’Adage …
    A l’Archipel  de Fouesnant.
    Nous devions écrire un texte commençant par « Il était une fois », et contenant :
    Une couleur – un personnage imaginaire – un animal – se terminant par un adage …………………………………………………………………

    Il était une fois un korrigan, qui, entre nous soit dit, n’est pas du tout, du côté de Fouesnant, un « personnage imaginaire » : Allez donc faire un tour sur les dunes de Mousterlin, ce soir, pour voir ! Mais, en Bretagne, on aime le surnaturel, le merveilleux, et on mêle vite tout ce qu’on ne comprend pas à des opérations du Diable.
    Or donc, ce korrigan, en ce début janvier, menait sa ronde habituelle, près de Kleut-Rouz, où le vent glacial accentuait le violet de son visage. Il était sorti, par conscience professionnelle, malgré le froid qui confinait chacun chez soi, à l’abri des températures négatives depuis plusieurs jours. Mais il n’en pouvait plus, allait renoncer à continuer de hanter les lieux, quand il se prit soudain à sautiller, sautiller, d’une manière tout à fait inhabituelle chez lui, qui savait se tenir, tout de même. Il crut tout d’abord qu’il le faisait – tout bêtement – pour se réchauffer, puis il aperçut, dans l’obscurité, un point lumineux qui semblait le guider, et même l’ensorceler, pour le mener en une sorte de ronde folle : Une puce, aux yeux jaunes fluo, tels ceux d’une luciole, se dressait et s’agitait devant lui.
    "Allez, suis-moi, diable de korrigan, dit une voix aigrelette, suis-moi, petit diable !"
    Et ce benêt de lutin (comme tous les hommes, pense la puce !) se laisse embobiner, empaqueter comme un novice ... Le regard jaune l'hypnotise, le transcende mais l'annihile : Tout comme les petits enfants de Hameln, il s'avance vers la mer, n'entend plus que les murmures de la puce, et entre dans les flots, où il disparaît ...
    à Malin, Malin et demi ! » …

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    9 commentaires

  • <header>

     Quand la Méthode Coué revient 

    au grand galop ... (et avec de gros sabots !)

    Insolite. A Quimper, le monde est " Happy "

    Quimper - <time datetime="2014-03-15T15:08:30+02:00" itemprop="datepublished"> 15 Mars </time>
    </header>
    Plusieurs groupes de jeunes se sont retrouvés en ville ce samedi pour tourner des clips "Happy" 
    à la mode de Pharrell Williams.

    Décidément, Pharrell Williams va rendre la planète « Happy ».
    De nombreux jeunes se sont retrouvés ce samedi en ville pour tourner un clip sur le modèle du célèbre chanteur américain. Locmaria, place Terre-au-duc, jardins de l'Évêché, les tournages ont duré une bonne partie de la journée.
    La chanson "Happy" est un carton mondial. Le mois dernier, le chanteur américain a même joué son tube avec Stevie Wonder et… Daft Punk aux Grammys. La vidéo a été vue des millions de fois.
    À Quimper, au moins trois vidéos devraient être disponibles la semaine prochaine.
    Quimper, ville "Happy" ? Qui en doutait ?

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Le sachet de Raider découvert sur la plage au fond de la baie de Douarnenez.
    Un emballage de Raider a été trouvé le 29 décembre à Sainte-Anne-la-Palud (Finistère). Sur le papier, la date limite de consommation : 1988.
     François a posté l'image sur son profil Facebook le 22 janvier. Il raconte son incroyable découverte : "Emballage de Raider trouvé dans les dunes de Sainte-Anne-la-Palud... Twix a remplacé Raider en 1991, la date limite de consommation encore visible est 1988."
    Il ajoute ce commentaire : "Au bout de 25 ans, on peut apprécier pleinement la capacité de cet emballage à se dégrader..."

     
    Sur la plage abandonnée Coquillage et crustacés Qui l'eût cru déplorent la perte de l'été Qui depuis s'en est allé On a rangé les vacances Dans des valises en carton Et c'est triste quand on pense à la saison Du soleil et des chansons Pourtant je sais bien l'année prochaine Tout refleurira nous reviendrons Mais en attendant je suis en peine De quitter la mer et ma maison Le mistral va s'habituer A courir sans les voiliers Et c'est dans ma chevelure ébouriffée Qu'il va le plus me manquer Le soleil mon grand copain Ne me brulera que de loin Croyant que nous sommes ensemble un peu fâchés D'être tous deux séparés Le train m'emmènera vers l'automne Retrouver la ville sous la pluie Mon chagrin ne sera pour personne Je le garderai comme un ami Mais aux premiers jours d'été Tous les ennuis oubliés Nous reviendrons faire la fête aux crustacés De la plage ensoleillée De la plage ensoleillée De la plage ensoleillée
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire


  • Soizic Gourvil et Filip Forgeau bientôt sur scène à Fouesnant !

    by Levraoueg Penn ar Bed
    Le 29 mai dernier, les comédiens Filip Forgeau et Soizic Gourvil ont mis en voix les textes écrits au sein des cinq ateliers de la 8ème édition.
    Au long de cette 9ème édition d’Ados d’mots, ils viendront à nouveau rencontrer les jeunes au sein des ateliers. Ils pourront ainsi mettre des visages sur des noms et s’imprégner de l’écriture de chacun afin de mieux restituer les mots écrits dans une mise en espace sur scène. 
    D’ici là, c’est avec LA MOUETTE qu’ils sont sur scène, de Guéret (23) à Brive (19), en passant par Villeurbanne (69), Sarzeau (56) et à  Fouesnant.

     LA MOUETTE

    Par la Compagnie DU DESORDRE
    Libre adaptation de l’œuvre d’Anton Tchekhov
    Texte et mise en scène
    de Filip FORGEAU

    Le Jeudi 28 Novembre à 20h30

    A l’Archipel, Centre des Arts et des Congrès, Fouesnant

    ScreenShot044
    Avec : Laurianne Baudouin, Marie-Noëlle Bordeaux, Fabrice Carlier, Marc Duret, marianne Epin, Filipe Forgeau, Jean-Yves Gautier, Soizic Gourvil, Serge Renko.
    Scéno : Christophe Delaugeas/ Costumes : Carole Martinière/ Son : Lionel Haug/ Lumières : Isabelle Picard
    Coproductions : la Fabrique/ Scène convientionnée de Guéret ; L’archipel/ Fouesnant ; Les Treizes Arches/ Scène conventionnée de Brive.
    La compagnie du Désordre est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication/ DRAC Bretagne
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Il m'est arrivé ce matin une "aventure" qui sur le coup m'a mis plutôt
    en colère, mais qui déjà me fait sourire, et m'inspire ... :
    Je m'étais promis (et l'avait annoncé à Françoise) de venir à l'atelier
    d'écriture, où je vous aurais retrouvées.
    J'ai donc pris ma voiture, direction de l'ancienne école du Quinquis.
    C'est un itinéraire que je connais bien, pour avoir travaillé maintes
    fois en ce lieu à présent désaffecté.
    Y parvenant : un gars, passant le portail avec des paquets sous le bras,
    m'informe que "l'atelier d'écriture ? ce n'est pas ici, c'est au pôle
    associatif, en haut : vous prenez une petite route à droite, et vous y
    serez ..."
    Je décide de ne pas me rendre au "pôle associatif", car je sais que
    celui-ci se trouve au centre-ville de Fouesnant, et non au Quinquis.
     "En haut" ? je suis perplexe, le terrain local étant passablement tout à
    fait plat !
    "une petite route à droite" ? il n'y a que des petites routes, à
    Beg-Meil, comme à Mousterlin, et très souvent sans aucun panneau indicatif !
    "Les chemins bretons sont des fantaisistes", écrivait Jos Parker : eh
    ben … c'est vrai !
    à se tordre (le cou), ou de rire ?
    à une autre fois peut-être, avec une adresse plus précise ?
    Du coup ... cela m'a donné l'occasion ... d'écrire un texte !


    LOIC, oct 2013 
    PS : Au fait, de quel atelier d'écriture s'agit-il ? 
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Vendée Globe. La commune de Gouesnac’h fière de la performance d’Armel

    Le bateau Banque Populaire figure en bonne place dans le bourg de Gouesnac'h, tout près de Quimper. Dans sa commune d’adoption, Armel Le Cleac’h compte de nombreux inconditionnels de la course au large.
    Si trois heures le séparent de François Gabart, il peut néanmoins s’enorgueillir d’avoir amélioré de 11 jours son précédent tour du monde. Un bel exploit au terme d’une incroyable course que l’on n’a pas manqué de commenter dans le village.
    « Tout le monde est satisfait et fier de ce qu’a accompli ce sportif de haut niveau, » souligne Michel Simon, le maire. « Armel Le Cleac’h termine à la seconde place, comme il y a 4 ans. Même si c’est un peu dommage, car il méritait autant que François Gabart. »
    Réception
    « Nous allons organiser une réception pour Armel et inviter toute la population, notamment les enfants des écoles. Comme il y a 4 ans, notre souhait est qu’il propose un film de 10 à 15 minutes qui montre les réalités du Vendée Globe », dit le maire.
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  • postheadericon Café Cabaret Run Ar Puñs


    ·             Ouvert du Mardi au Samedi à partir de 18h00
        Café Cabaret Run Ar Puñs        Café Cabaret Run Ar Puñs
    Isolé dans la campagne entre versant boisé dominant le canal de Nantes à Brest et parcelles agricoles, le projet s’attaque à la transformation d’une des ailes enserrant la cour de ferme. Différents aménagements et extensions se succéderont pour adapter le lieu à sa nouvelle fonctionnalité tout en préservant la façade et le caractère du bâti. La scène trouve naturellement sa place, le côté cour donne sur la cour, le côté jardin sur une terrasse engazonnée. Comptoir, cheminée et matériaux traditionnels participent à l’intimité et à la convivialité de l’espace public, qui permet toutefois d’accueillir 350 personnes.
    Café Cabaret Run Ar Puñs   Café Cabaret Run Ar Puñs
    De petite capacité, le lieu facilite le contact entre la scène et la salle, entre l’artiste et le spectateur. Les représentations sont marquées du sceau de l’authenticité et de la proximité.

    Ouvert du Mardi au Samedi à partir de 18h00.
    Contact :
    Café Cabaret Run Ar Puñs
    Route de Pleyben
    29150  Châteaulin 

    "DEMANDEZ LE PROGRAMME !" : c'est ICI
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique