• Un vieux puits

    Un vieux puits.

    Un vieux puits

     

     

    Françoise nous a demandé d'écrire, en nous inspirant de la découverte de ce puits au milieu d'une clairière, une histoire « plutôt gore » …

     

    « Chut, les enfants ! Et taisez-vous, aussi, tout le monde .

    Nous approchons, dans ce lieu à l'allure pourtant plutôt idyllique, du « puits maudit » ; nous risquons de les froisser et de les mettre en colère.

    Qui donc ? Mais … les morganes, voyons ! Toute la descendance de la fée Morgane, la maléfique. Celle qui vit dans l'eau de l'océan et peut aussi se présenter sur terre, amphibie et immortelle. Et surtout, très méchantes.

    Je croyais que les fées étaient toujours bienveillantes ?

    Oh ! que non, malheureux ! Des esprits torturés, machiavéliques, qui jouent la terreur sous l'aspect de très belles femmes attirantes, irrésistibles, piégeuses, comme les sirènes de l'Odyssée … Ne vous éloignez plus, car leurs serviteurs, les trolls et les korrigans, ne tarderaient pas à vous anéantir. C'est de qui est arrivé au fils du Comte de Leurbrat, un soir d'hiver. Revenant de la ville, il s'égara dans la forêt, marcha, longtemps, jusqu'à en être exténué. Il aurait alors été envoûté par un chant magique … Les morganes l'auraient entouré, encerclé, se serrant contre lui, prisonnier. Elles l'auraient ainsi réchauffé, ébloui jusque l'aveuglement que provoque l'émotion du désir inassouvi …

    - 'On l'aurait, il aurait' … Comment peut-on supposer tout cela, comment peut-on inventer cette légende ?

    Ce n'est pas une légende ! proféra soudain une voix grave, derrière lui. C'est mon œuvre, petit mortel ! Je suis Morgane, je surveille cet endroit ! A présent, viens donc, approche-toi, jeune homme, regarde, scrute un peu le fond du puits ...

    Et il s'avance, et sans hésiter monte sur la margelle … « Un corps, un squelette ! » s'écrie-t'il. Non, avec toi cela en fera au moins deux ! »

    Un rire épouvantable, infernal, s'élève au fond du bois. La lune éclaire d'un rayon blafard l'ouverture béante du puits, d'où s'échappent des bruits de bulles et des effluves pestilentiels.

    L'Ankou peut maintenant s'approcher. Il embrasse Morgane et tous deux, tels des amoureux intemporels, disparaissent hors de la clairière.

    Embrassades fougueuses, rires démoniaques …

    *L'Ankou, voir ICI

     

    Loïc

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Juin à 11:07

    Brrrr... dis-moi où est le puits, que je n'y aille pas.

      • Vendredi 29 Juin à 11:11

        Ce puits se trouve à quelques centaine de mètres de la mer, à Mousterlin (Fouesnant), sud-Finistère. Mais tu peux venir : la région est superbe !,

    2
    Vendredi 29 Juin à 13:15

    Ouf ça va, ton histoire n'est pas trop gore, elle reste dans la belle tradition bretonne que l'on aime!

      • Vendredi 29 Juin à 14:23

        Oui, j'aime la tradition bretonne, bien pleine de mystères, très loin de la bouffonne Bécassine, et totalement "indépendante" (!!!) de la mafia française ! pas vrai, Manu ?

         

    3
    Samedi 30 Juin à 09:19

    Hé hé à fond dans le breton  ! Vive Brocéliande !

    4
    Dimanche 1er Juillet à 09:21

    l'Ankou qu'on connait bien en terre bretonne

    5
    Dimanche 1er Juillet à 09:44

    Un des incontournables de la culture bretonne.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :