• Pour la communauté des croqueurs de mots : « Vierge des mers ». Ou « les îles », version décalée.


     Vierge des mers, pourquoi ?

    Tous les marins du monde

    s’y retrouvent ! Alors…

    Trois mois de navigation,

    trois mois à terre. On s’occupe …

    Mais est-ce bien une terre, Ouessant ?

    Un bateau, des retraités, au bord de l’eau,

    Ils pêchent, l’eau leur manque,

     Ils y ont passé leur vie.

    Une terre ? Oui, pour les « doryphores »,

    Les touristes, les envahisseurs,

    Et aussi pour les quelques fonctionnaires

    Qui persistent -pas le choix- à y demeurer :

    Employés de mairie, etc.

    Etc… ? Lesquels ? Ah oui ! l’instit.

    Balancé là… Pas à se plaindre :

    Il avait postulé –premier poste- pour la circonscription « Brest 5 »,

    Ouessant en fait partie. Perdu !

    Enez Eussa, mauvaise pioche,

    Têtes de pioche, ces enfants-rois,

    « Avenirs de l’île »,

    Passés vite fait sur le continent, tu parles !

    Tout va bien, c’est l’été indien du coin :

    La côte carte postale,

    Les phares, les balises,

    Oh-que-c’est-beau-magnifique-Bretagne,

    Photos, balades en mer, horizon-torticolis…

    Octobre : plus un chat.

    Pluie. Ennui. Pluie. Vent. Ce vent …

    Le vélo n’avance pas.

    Tour de l’île, encore un puis un autre.

    Le cinéma a fermé, restent les bistros.

    Anxieuse attente du samedi :

    Mer trop forte, pas de bateau.

    Rempile pour la semaine prochaine … Même pas sûr.

    Longues soirées solitaires

    à la maison Jeanne d’Arc, « logement de fonction » sinistre.

    Franco agonise, sans fin,

    Qu’il en chie.

    Premier anniversaire de Giscard,

    Qu’ils en chient.

    Autres mondes. Moral en berne, les abysses.

    Vierge des mers,

     Mon cul.

    Loïc

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Juillet 2015 à 11:11
    Loïc,
    Un poème qui coule de source, vertical comme la pluie qui tombe...
    @ bientôt.
    2
    Samedi 11 Juillet 2015 à 15:38
    Hou!!! Il est en colère, là, Loïc! Allez, tant pis, je vais quand même dire que c'est beau, et ton poème, et ta photo. Il y a des jours d'été où il y a tellement de bruit chez moi et où c'est tellement la pagaille... que ton île, elle me fait rêver...
    3
    Samedi 11 Juillet 2015 à 20:04
    Il est des lieux ou la concentration de touristes c'est pas triste, l'indigène aspire à octobre... ;-) allez hop bon retour m'sieur dame ! Et à moi mon île... oh oui !
    4
    Samedi 11 Juillet 2015 à 23:00
    Eh ben dis donc, c'est pas très gai tout ça, monsieur!! Il a été bien mal inspiré de postuler, ce pauv' instit...!! C'est vrai, j'avoue, sur la photo, c'est très joli, mais y passer toute une année... :( Joli texte! :)
    5
    Samedi 11 Juillet 2015 à 23:00
    Eh ben dis donc, c'est pas très gai tout ça, monsieur!! Il a été bien mal inspiré de postuler, ce pauv' instit...!! C'est vrai, j'avoue, sur la photo, c'est très joli, mais y passer toute une année... :( Joli texte! :)
    6
    Dimanche 12 Juillet 2015 à 06:56
    ce qui me déplairait sur une île, en vrai, à demeure, c'est que tout le monde sait tout sur tout le monde....depuis la nuit des temps....dan s un petit bled aussi dirons nous....mais sur une île c'est inéluctable....c'est la face maudite de la coopération obligée....ceci dit, j'avoue, moi qui me targue d'aimer la Bretagne Nord, ne connaitre aucune île bretonne sauf Groix qui est en sud Bretagne....Je vais plutôt à l'ile d'Yeu ou Noirmoutier , fausse île, proches de chez moi, mais aimerais je y vivre?????je crains de n'être pas assez sociable pour les microcosmes humains....
    Très beau texte,qui remet les pendules à l'heure....
    7
    Dimanche 12 Juillet 2015 à 11:55
    Sur une petite île, la mentalité est différente de celle d'un "petit bled", avec un sentiment d'identité encore plus fort, ce qui est compréhensible, mais à la fois, souvent, excluant ... et les efforts d'intégration sont très difficiles.
    LOIC
    8
    Dimanche 12 Juillet 2015 à 11:56
    Le "pauvre instit", c'était moi, bien sûr ! Mais je ne disais pas de gros mots (en classe) !
    LOIC
    9
    Dimanche 12 Juillet 2015 à 19:58
    et l'instit était une pièce rapportée ... pas facile c'est sûr et aucune échappatoire sur une île. C'est beau l'été quand il fait beau. Sous la tempête de l'hiver et dans la solitude ce doit être autre chose. Mais je pense aussi aux îliens qui ne peuvent pas rester sur leur île faute d'emploi ...
    10
    Dimanche 12 Juillet 2015 à 20:19
    Tu asntrès bien saisi et renti la situation, Jeanne, merci !
    Loic
    11
    Lundi 13 Juillet 2015 à 07:23
    Un rythme effréné de pensées iliennes et bretonnes entre ennui l'hiver et touristes l'été qui viennent briser une solitude choisie et aimée... J'ai aimé
    12
    Mardi 14 Juillet 2015 à 00:55
    Très jolie vue sur la vie intime des iliens ! Habites-tu toi même cette île ?
    Bonsoir Loïc
    13
    Mardi 14 Juillet 2015 à 08:22
    Je n'y habite pas, non !
    Je préfère ... Les villes, car je déteste la solitude.
    Loïc
    14
    Samedi 18 Juillet 2015 à 20:39
    Et bien moi j'aimerais bien vivre et enseigner sur une île.
    15
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 17:18
    J'aime beaucoup la Bretagne mais je n'aimerais pas vivre sur une île, surtout l'hiver quand les bateaux n'accostent plus et que l'on est isolé. Bonne soirée Loïc
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :