• Octobre rose, Kemper' ose

    "Le myosotis et puis la rose, 

    ce sont des fleurs qui m'disent quèqu' chose ..." - Mouloudji

     

    Monsieur un président de la République (ou un roi, ou un Grand Architecte, un manant camouflé, donc) a décrété soudain, et publié sur-le-champ :

    "A partir de ce jour, tous les citoyens, sujets, compléments seront tenus de voir la vie en rose. 

    Les amendes pleuvront sur les récalcitrants au bonheur, même s'ils ont l'excuse d'y être allergiques.

    J'ai pris mon courage à deux mains et mon pinceau à bout de bras, et, durant trois semaines, j'ai tout repeint chez moi. En rose.

    J'ai changé toute ma garde-rose, je ne porte plus que du rose. Je ne bois plus que du sirop de fraise, de grenadine ou de cassis bien coupé, et, tout de même, un peu de vin. Rosé.

    J'y ai mis le temps, mais j'ai réussi à dégotter dans une vieille papeterie des cartouches d'encre rose pâle à l'allure alanguie et proustienne, et j'écris sur un papier rose bonbon qui colle au stylo.

    Ma vie est évidemment devenue bien vite un enfer. Je ne distingue plus, au travers de mes persiennes closes et roses, aucune autre couleur.

    Je hais le rose et la vie en rose, et je crache sur toutes les fleurs roses, même artificielles. J'ai dit mon désespoir à une jeune fille innocente : Son teint a rosi d'étonnement, la coupe était pleine.

    Coupe rose, bien sûr.

    Le rose, sans valeur dans ce monde unicolore, est devenu couleur du malheur. J'ai bien tenté, tout seul, de bleuir un peu tout ce qui me semble masculin ...

    Mais les agents de ville, tout de rose vêtus pour donner l'exemple, sourient à qui mieux-mieux, comme il sied, et matraquent, à grands éclats pétaradants de boîtes à musique, mes vélléités d'indépendance

    Et, pantins éhontés, ridicules et sans vergogne, ils jettent vers le ciel qui rosit leurs sifflets roses vifs qui jouent faux, et leurs bâtons de guimauve.

    Je me résigne ... A force, peut-être, parviendrai-je à apprécier le goût de l'eau-de-rose, et commencerai-je à croire moi-même en cette histoire ?

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Samedi 5 Octobre à 18:49

    Beau texte, j'en aime le ton et l'écriture.
      Chacun donne la couleur de son souhait au bonheur qui lui, on le sait, est très fugace et capricieux :)

    2
    Loiko
    Samedi 5 Octobre à 20:23
    J'ai en fait écrit ce texte en... 2007 ! Mais l'actualité m'a forcé la main.
    3
    Dimanche 6 Octobre à 07:08

    c'est qu'en 2007, on croyait peut-être encore au bonheur issu des couleurs ... depuis la grisaille des coeurs a donné le ton de la couleur unique ... celle de la peur ... j'en frémis  ...

    amitié 

    4
    Dimanche 6 Octobre à 14:52

    Suis en plein dedans...

    5
    Vendredi 11 Octobre à 11:04

    Octobre rose... pour soutenir la recherche contre le cancer.

    Mais il ne faudrait pas que tout soit rose, je comprends tout à fait.

    L'ennui naquit un jour de l'uniformité, à ce qu'on raconte.

    Même ancien, ce texte est à lire et relire.

    Passe une douce journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :