• Mirage ... ?

     

    Alex*, depuis plusieurs nuits, était très perturbé. Des grelots, des tintements, le tenaient éveillé, et l'image d'un gros bonhomme rouge, au visage bouffi de « bon vivant », l'obsédait.

    Il n'avait jamais aimé le Père Noël, ni tout ce qui gravitait autour de lui, car ses parents l'avaient éduqué dans la conviction que l'on ne doit pas mentir aux enfants... Mais alors, pourquoi ce mythe revenait-il le chatouiller, chaque nuit? Avait-il, peut-être, quelque chose à se reprocher? Le Père Noël – en admettant, tout de même, quelque part, qu'il existât - avait-il eu vent du fait qu'Alex affirmait à tous ses copains sa non-existence?

    Il allait en avoir le coeur net. Un soir, avant de monter se coucher, il emprunta le caméscope de son papa, vérifia que celui-ci était bien équipé d'une cassette de longue durée, et que la batterie était bien rechargée... Il camoufla l'appareil sous son oreiller, un doigt sur le bouton, puis attendit. Combien de temps?.... Il s'était endormi, ayant eu au dernier moment le réflexe de mettre en marche... Le matin, il n'avait rien vu, ni entendu.

    Il sauta du lit, évidemment, brancha le caméscope sur le téléviseur, et... le monde entier commença à défiler devant lui! D'abord, sa chambre, où on le voyait dormir à poings fermés, puis sa maison, sa rue, sa ville, survolée – en traîneau, très certainement – au son tintinnabulant de grelots aigrelets. Puis, une grosse voix, à la fois sévère et tendre: « Nous nous trouvons actuellement au-dessus du pont de Tancarville, et nous nous dirigeons vers les Açores. Voici à présent Fort-de-France, puis Cap Kennedy... ». Tout se passait à une vitesse fulgurante.

    Un bruit, soudain: Papa, derrière le canapé, ouvrait la porte.
    - « Mais que fais-tu là? Déjà levé? Et tu as encore allumé la télé! Eteins ça, tout de suite!
    - Mais, papa... bredouillait-il, les yeux écarquillés... Rembobine la cassette, et regarde...
    - Quoi? dit le père. Tu divagues, ou quoi? »
    Après quelques instants, le père d'Alex, par curiosité – tout de même! - a remis la cassette en lecture. Durant vingt minutes, il n'a pu voir qu'un scintillement d'étoiles, comme sur les écrans de veille d'ordinateurs, avec une bande-annonce qui défilait imperturbablement:

    « Réservé aux enfants - Réservé aux enfants - Réservé aux enfants - Réservé aux enfants... »

    * : Mon prénom a, bien sûr, été changé … mais je vous assure que c'est bien moi qui ai rêvé !

    ::::::::::::::::::::::::::::

    Euh ... Si vous avez l'habitude me lire depuis un (bon) moment, vous avez pu remarquer que j'ai déjà publié de texte ... Oui, c'est la grooosse flemme ce matin ... Et puis à Noël on ne travaille pas ... Et puis il a vécu, ce texte : Les cassettes vidéo, préhistoriques !

    Alors, bonnes fêtes de fin d'année, et toute cette sorte de choses .

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Dimanche 23 Décembre 2018 à 10:56

    Je ne le connaissais pas mais c'est un très joli conte, l'univers des enfants est impénétrable aux adultes mais ceux qui, comme toi,  ont su garder leur âme d'enfant savent le raconter.

    Joyeuses fêtes à toi et aux tiens Loïc

    2
    Dimanche 23 Décembre 2018 à 11:11

    Merci beaucoup, cela me touche.

    Rien à voir : "Almanito", c'est du corse ? si oui, qu'est-ce que ça signifie ?

      • Lundi 24 Décembre 2018 à 08:47

        Non, c'est pas du corse, c'est une compression de noms dont je garde la signification pour moi.

    3
    Dimanche 23 Décembre 2018 à 11:38

    Bonnes fêtes de fin d'année à toi aussi. Profite bien de chaque instant heureux.

    4
    Dimanche 23 Décembre 2018 à 12:07

    Je te crois sur paroles pour l'authenticité du rêve.

    5
    Dimanche 23 Décembre 2018 à 14:41

    Merci pour ce joli conte qui nous rappelle que l'on doit toujours garder son âme d'enfant. Bises alpines et belles fêtes.

      • Dimanche 23 Décembre 2018 à 17:59

        Merci Dédé ! mais les aléas de la vie nous obligent parfois à abandonner cette âme d'enfant ...

    6
    Lundi 24 Décembre 2018 à 07:36

    pour n'y avoir jamais cru, je me suis dispensée à y faire croire mes enfants et petits enfants  ... mais les contes ont toujours été contés, et la joie des moments partagée ...

    Joyeux Noël !

    amitié .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :