• Loïc Roussain - Ecrimagineur.eklablog.fr

     Un banc

      Les mulets remontent la rivière Steir,

      lentement, immangeables, 

      ici l'eau est douteuse.

      Elle serpente, paresseuse,

      vers sa grande soeur l'Odet.

      La place Terre-au-Duc est vide;

      Ni attroupement, ni manifestation,

      ni fête folklorique.

      il n'est pas l'heure, ce n'est pas le jour,

      ce n'est pas l'été.

      Seuls quelques commerçants redonnent

      peu à peu

      la vie aux pavés.

      Sur la rambarde les toiles d'araignée

      du matin scintillent entre les barreaux

      et tremblent doucement

      sous le souffle léger.

      La maraude de la Croix-Rouge

      est passée hier soir;

      le banc encore mouillé

    sera bientôt occupé

    par un homme allongé

    à ne pas déranger.

    il est six heures, Quimper s'éveille.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Octobre à 15:46

    Quel beau texte, fluide, évident et efficace pour accompagner cette très belle photo!

      • Lundi 30 Octobre à 16:56

        Merci Almanito. Je m'étais d'abord embarqué dans un texte alambiqué, beaucoup trop long, dont je n'arrivais pas à me sortir. Alors, "classement vertical" (direction corbeille) et "faisons court" !

    2
    Lundi 30 Octobre à 16:28

     Jolie photo (de toi je suppose)

    depuis tout petit je suis fasciné par ce genre de pavage… mais comment font-ils ?

    3
    Lundi 30 Octobre à 16:44

    Ce type de pavage est, je crois, une spécialité des Italiens. Très beau, mais ... glissant !

    La photo est de moi, en effet.

    4
    Mardi 31 Octobre à 08:39

    Si calme. Tout est possible, non ?

      • Mardi 31 Octobre à 08:44

        En Bretagne, tout est toujours possible. Et même qu'il ne se passe rien.

    5
    Mardi 31 Octobre à 18:39
    LADDY MARIANNE

    un SDF qui sera sans toit !
    pas facile avec l'automne qui s'installe -
    par contre certains ne veulent pas intégrer un foyer---
    s'ils ont un chien ce dernier est refusé----
    et j'ai entendu dire qu'il y avait des vols et des bagarres !!
    un poème un peu triste pour moi-
    bonne soirée- amitiés-

    6
    Jeudi 2 Novembre à 17:19

    6 heures à Quimper...c'est l'heure du laid heu...du lait

    7
    Lundi 4 Décembre à 10:30
    celestine

    J'aime beaucoup ton texte. 

    Et j'aime énormément les bancs, et leur puissance poétique.

    Je devrais venir plus souvent sur ton blog, Loïc.

    Bises célestes

    ¸¸.•*¨*• ☆

     

    8
    Lundi 4 Décembre à 10:52

    Célestine: Si tu désires venir plus souvent, tu es la bienvenue ! Ou bien tu peux t'inscrire à la newsletter (dénommée ici "lettre d'infos")

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :