• FICTION

     

    FICTION

    Gustave_Caillebotte

    Ce sujet d'écriture est proposé par l'atelier MILETUNE 

     

     

    Fiction ? Mais, dites, si c'était vrai ?

     

    Et si … Et si ... c'était vrai ?

     

    Et si nous avions l'esprit léger, l'insouciance de cette époque ? Et si nous étions libres, chaque jour, de barboter entre amis, et de batifoler, innocents, dans la nature ? Fiction ? Mais si, voyons, c'était vrai ! Dites-le moi, que c'était vrai…

    Et si c'était vrai, ces ragots qui circulaient entre deux baignades ? Et si le cousin Mathieu, vraiment, faisait de l'œil et des manières devant ma voisine Paulette ? Et si j'avais eu honte, quand il avait entrepris de l'éblouir par la série de jolis plongeons du nageur confirmé qu'il était devenu ?

    Fiction, aussi ?

     

    Et si – et c'était bien vrai – elle n'avait d'yeux que pour lui ? Elle s'appliquait à lui parler de sa voix suave, pleine d'admiration et de ce que je ne nommais pas encore l'amour ? Fiction ? Ou alors ... je perdais la raison ? Et si c'était vrai ... Confronté à ma rage, impuissant et recroquevillé dans mon infériorité, je me donnais en spectacle, je me hissais péniblement, en glissant,

    sur la rive ?

     

    Et si c'était vrai, qu'après le quatrième plongeon de Mathieu, quand Paulette continuait de rire et de le féliciter, je me suis approché et j'ai saisi cette grosse branche…

    .........................

    Paulette et moi nous nous étions perdus de vue. Long emprisonnement. Interminable chemin vers une rédemption impossible.

    Mais … Vrai ? Elle m'est apparue, sur la plage couverte de monde. Les années 50, la libération des mœurs… : Autour de moi, beaucoup de jeunes femmes, et cette mode du bikini. Mon regard tentait de les éviter, un vertige m'envahissait…

    Vrai … ou pas : Je lui ai crié, de loin : « Rappelle-toi, Paulette, quelle allure, avec nos maillots de bain ridicules ! » Fiction ? ...

    Et ce fut bien vrai : nous avons franchi tous les corps allongés, puis nous avons couru le long des vagues, nous sommes jetés dans les bras, et nous nous sommes couverts de baisers.

     

    Incongru, déplacé, indécent, même ?

    Oui, mais… C'était vrai, c'était vrai, c'était vrai.

     

    Loïc Roussain

    Ecrimagineur.eklablog.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    1
    Dimanche 26 Août à 19:56

    Tu as trouvé une forme originale pour ce récit  tragique à la fin heureuse mais c'est bien connu, Paulette affolait tous les jeunes hommes.
    C'était,  dit-on, la fille du facteur, si tu te souviens;)
    Joli récit en tout cas, surprenant et un peu nostalgique.

      • Lundi 27 Août à 09:55

        Oui, mais si te rappelles bien le facteur était aussi un sacré coureur de jupons. Mais si, c'était vrai !

        Merci, Almanito

    2
    Lundi 27 Août à 08:10

    Chouette contribution. Un camarade conteur dit souvent "Tout est vrai, puisque je viens de l'inventer !"

      • Lundi 27 Août à 09:56

        une belle image, autant pour tous les arts !

    3
    Lundi 27 Août à 08:22

    Il suffisait d'attendre le bon moment, dans le feu de la jeunesse on a pas le même regard sur les gens

    Amicalement

    Claude

      • Lundi 27 Août à 09:57

        Un regard qui, souvent, fait briller des miroirs aux alouettes...

        Merci Claude

    4
    Mardi 28 Août à 00:17
    Ce qu'il y a de terrible c'est que je te crois... :)
      • Mardi 28 Août à 08:55

        Tu me crois ? Mais tu as bien raison : et si c'était vrai ? glasses

    5
    Vendredi 31 Août à 17:31
    quel bonheur n'éprouve t-on pas quand on retrouve un passé qu'on croyait fini et qui rouvre ses portes au présent ! amitié .
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :