• "Décrire un objet" ...

    "Décrire un objet sans le nommer", une consigne d'atelier.

     

    Que serais-je sans toi, compagnon si fidèle ! Tu es comme l’eau, dont on ne réalise l’importance que lorsqu’elle est absente. Tu m’éveilles chaque jour, m’ouvrant les yeux à la vie, aux petites broutilles comme aux grands drames.

     

    Tu es vivant, né du noble bois qui est ton essence. Vivant de la voix des personnages qui t’animent, des icônes où je retrouve mon entourage familier. Tu es éphémère et permanent tout à la fois.

     

    Ton esprit, ta ligne de pensée sont omniprésents et reconnus. Les auteurs et les responsables de ton existence sont présents sur la place publique, appréciés, et l’intérêt de ton existence réside dans les affrontements que suscitent leurs actions.

     

    Tu es furtif, et vite rejeté, obsolète, et tu termineras ta vie dans une poubelle ou un barbecue. Tu es symbole de liberté, de tolérance, d’humanisme, et tu luttes, par ta seule présence, contre tous les autoritarismes et les autodafés.

     

    De l’horaire des marées à la critique littéraire en passant par les mots croisés, la vie associative et les débats politiques, tu es source de vie sociale, de créations d’emplois, de relations humaines.

     

    Cinq heures trente, tous les matins, même le dimanche : Le cyclomoteur ralentit, "le Télégramme" tombe dans ma boîte aux lettres. Le café peut fumer, la journée peut commencer !

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Vendredi 2 Novembre à 16:27

    Oui j'ai trouvé, belle description et bel hommage à l'heure de la tablette et de l'info pré mastiquée de la télé!

    2
    Vendredi 2 Novembre à 22:18

    longtemps, les quotidiens ont éveillé ma curiosité avant que le net ne les remplace  ...

    amitié .

    3
    Samedi 3 Novembre à 09:05

    Tu es vivant puisque tu parles de la vie.

      • Samedi 3 Novembre à 09:44

        Oui bien sûr, mais attention : les morts-vivants, ça existe aussi ! mais exister, est-vivre ? oulala ...

    4
    Samedi 3 Novembre à 09:18

    "L'info pré-mastiquée ..." Belle expression !

    j'aime bien aussi, pour ma part, "le prêt-à-penser".

    5
    Samedi 3 Novembre à 15:50

    Finir dans un barbecue, c'est une belle vision.Être imprégné de l'odeur de la viande, et ne plus avoir de nouvelles fraîches. Avoir le feu sacré, pendant quelques minutes. Bises jurassiennes.

    6
    Lundi 5 Novembre à 11:55

    Je reste fidèle au papier... même si l'écran prend beaucoup de place.

    Bravo pour ce défi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :