• CENT EXPRESSIONS FAVORITES DE NOS GRANDS-MERES (01)

     

    CENT EXPRESSIONS FAVORITES DE NOS GRANDS-MERES

     

    « Mieux vaut faire ça que peigner la girafe »

     

    • Tu vois fiston, quand je m'ennuie, je prends mon sac à main, mes cliques et mes claques, et hop, un tour en ville ! Un ticket de tram, il est valable tout l'après-midi, alors on va en profiter, j'vous dis, moi.

    • Mais Mémée, tu pratiques ce genre d'expédition au moins deux fois par semaine. Tu ne connais pas encore ta ville ? Et si tu prenais, de temps à autre, un car, ou un train, pour changer d'air? Les Monts d'Arrée, la côte d'Iroise …

    • Ah non, fiston, moi, c'est la ville, ma ville ! J'observe tout : J'additionne les petites boutiques, anciennes ou éphémères, qui ont fermé et dont les rideaux de fer défilent, tordus, rouillés ou tagués. Je compte toutes les personnes connues (et il y en a beaucoup, finalement !). Je leur adresse un petit signe de la main quand elles me regardent. Souvent, elles m'ont oubliée. Lorsque j'aperçois des gens qui parlementent à la terrasse d'un café, j'imagine leur discussion et me déclare avocate de l'un d'entre eux. Parfois, je « mets au propre », le soir, sur mon petit carnet.

    • Mais ce doit être toujours pareil, non ?

    • Et alors ? Un gros rocher, au bord de la mer, c'est pas toujours pareil ? Et la chapelle de Saint-Michel de Brasparts, toujours la même, qui trône sur son « sommet », toujours au même endroit, c'est pas toujours la même chose, sous la pluie et le vent ? Moi je te dis, fiston : « Mieux vaut faire ça que peigner la girafe » !

       

      Loïc

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 31 Janvier à 12:38

    Je connais l'expression mais avec une petite nuance, qui veut dire devant un choix: ça m'est égal, "ça ou peigner la girafe..." = ça ou autre chose, c'est pareil.

    2
    Mercredi 31 Janvier à 22:11
    Joseph Guégan
    Expression amusante que je ne connaissais pas. Par contre je connais bien la chapelle!
      • Jeudi 1er Février à 07:47

        Ton nom me disait bien, aussi ... !

    3
    Jeudi 1er Février à 06:36

    Elle a raison la grand mère, il y a toujours à découvrir autour de chez soi

    Amicalement

    Claude

    4
    Jeudi 1er Février à 09:13

    Je découvre l'epression et le texte. Ça me parle (lien avec la cnv). @+

      • Jeudi 1er Février à 17:10

        la cnv ?

    5
    Vendredi 2 Février à 12:22

    Quel belle expression, mais pourquoi donc la girafe ? Faudrait peut être utiliser  l’échelle pour la peigner, oui il y'a de quoi être découragé à l'ouvrage, mieux vaut donc faire ça....!

    6
    Vendredi 2 Février à 13:18

    Ah, bravo Loïc, originale illustration de l'expression et une mémée dynamique qui sait défendre sa position ! Bises.

    7
    Vendredi 2 Février à 14:10

    "Pourquoi la girafe", demande Bizak. Eh bien voilà : un dignitaire étranger rendit un jour visite àCharles X. Il offrit en cadeau une girafe, accompagnée de ses quatre soigneurs. Ceux-ci se trouvèrent rapidement sans travail, oisifs, car cet animal ne demande pas beaucoup de soins. Alors, pour justifier leur salaire, les quatre hommes s'occupèrent en passant leur temps à brosser et peigner le cou de l'animal : Travail inutile, long, fastidieux ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :