• C'est moi ...

    C'est moi …

     

    C'est moi, au milieu du silence, en un lieu bien protégé

    - Qu'ils se font rares, ces havres où se ressourcer -

    en bienveillante compagnie, mon stylo en main

    Progresse sans frein ni fin,

    Dans le cocon merveilleux d'un atelier d'écriture …

     

    .................

     

    C'est moi, dans la ville triste,

    Je tourne le dos à la grande porte de la caserne.

    Je lui souris, les yeux pleins de morgue et de défi

    - mais pas devant le planton, car la grande muette veille - .

    Je quitte après « les trois jours » réglementaires ce lieu exécrable,

    Où je n'aurai plus jamais à me rendre.

    J'y étais entré à reculons

    Le petit doigt sur la couture du pantalon ...

     

    .................

     

    C'est moi, là, tout bête, en larmes,

    Nos mains ne veulent plus se lâcher ;

    Notre fille apparaît, radieuse

    Comme aussi sa fille aujourd'hui.

    - La vie est un éternel recommencement -.

    L'infirmière aussi a craqué,

    Elle ne sait plus que faire,

    Si ce n'est une grosse bise,

    Et nous dit « à bientôt » en s'essuyant les yeux ...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Mercredi 10 Janvier à 15:58

    On ne peut que craquer devant ce texte émouvant et parfait dans sa simple évidence.
    Très beau Loïc, l'un de tes plus beaux billets!

    2
    Mercredi 10 Janvier à 16:42

    Merci Alma, je suis sincèrement touché. Mes compagnes de l'atelier m'ont dit qu'elles avaient remarqué mon émotion ...

    3
    Mercredi 10 Janvier à 18:10
    Josette

    une pudique émotion transparaît derrière les mots

    4
    Mercredi 10 Janvier à 20:45

    Un partage plein d'émotion... merci !

    5
    Jeudi 11 Janvier à 06:33

    Une très belle manière de faire une rétrospective de la vie, tu l'as très joliment écrit, avec pudeur et émotions, c'est divin

    Amicalement

    Claude

    6
    Jeudi 11 Janvier à 08:08

    Wah, carrément "divin" ! Merci, Claude.

    7
    Jeudi 11 Janvier à 08:22

    Un uppercut à c'est beau une ville la nuit

    Ce n'est qu'un aurevoir

    Touchant

    Merci

    8
    Jeudi 11 Janvier à 12:26

    Des instants de vie rendus avec une belle simplicité.

    Il y a quelque chose du haïku... avec plus de chair.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :