• « Brèves de comptoir » …

    Lors d'une de mes dernières participations à l' AIE (non, ça ne fait pas mal, c'est l'"Atelier Itinérant d' Ecriture", j’ai tiré deux étiquettes : « Verre à limonade » et « Verre à porto ».  Ce seront les deux « personnages » de mon texte.
    « Deux verres se rencontrent et se racontent : leur vécu, leurs différences, leurs points communs …  Insérer la phrase (extraite de « Brèves de comptoir ») : « A la petite école, on écrivait tout au porte-plume, même les fautes, pour que ce soit plus beau … »
     …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
    -  Moi, je ne sers qu’aux enfants, car j’ai une bonne base, large ; je suis lourd, bien dans ma tête, bien dans mon assise.
    -         Oui, mais le nectar du Portugal, lui, demande de l’élégance, la Haute Couture de la verrerie.
    -         Tu es fragile, gracile sur ton pied longiligne. Mais nous avons un point commun : Les enfants sont émerveillés par les bulles de « l’eau qui pique », qui s’accrochent à mes parois. Les grands, eux, y voient la buée de leurs vains efforts et de leurs espoirs évanouis. Ils y voient même, parfois, leurs larmes, jaillies après quelques verres sans les corrections du savoir-vivre ou du savoir-boire, écritures automatiques et embrumées : A la petite école, on écrivait tout au porte-plume, même les fautes, pour que ce soit plus beau … »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :