• (Bl)onde


    ONDE

    Dans le courant
    d'une onde pure
    à cheval
    la belle remontait
    vers l'aval
    Pure elle ne l'était plus
    depuis longtemps
    pas plus que l'eau
    sur ses cheveux blonds
    l'eau pure
    du courant
    pas si sûr
    mon enfant
    Méfie-toi des blondes
    qui jouent du pipeau
    L'eau de l'aval
    l'eau de l'amont
    tout est pipé
    jeux de dupe
    sous les jupes
    jeux de dés
    Tu es ruiné
    Méfie-toi des blondes
    qui jouent du pipeau
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Février à 15:37
    La chute est drôle. Plouf.
    2
    Mercredi 1er Février à 19:56
    Jeu de dupe, oui en pleine actualité
    3
    Jeudi 2 Février à 05:58
    Dupont dupond, nous voila dupé
    Amicalement
    Claude
    4
    Jeudi 2 Février à 11:08
    C'est vrai, il faut toujours se méfier. :))
    J'aime beaucoup ton poème, Loïc.
    Passe une douce journée.
    5
    Jeudi 2 Février à 11:46
    Oh, mais c'est que tu leur en mets un seau, aux blondes, Loïc ! Du moins à celles qui jouent du pipeau, nuance, de taille ... Ne trouve grâce que le cheval ;))) ! Poème percutant, accusateur, il n'y a pas que les blondes qui jouent du pipeau et troublent l'onde et la nature, bravo ! Bises.
    6
    Jeudi 2 Février à 11:50
    Il fallait bien, Lenaig, trouver un bouc émissaire ! (blond, le bouc).
    7
    Samedi 4 Février à 16:38
    Très juste et nous les brunes, ne sommes que douceur et pureté :))
    8
    Samedi 4 Février à 16:43
    Ben voyons !
    Dites-moi, est-ce vrai qu'il n'y a qu'en Bretagne que les vieilles dames - en principe - affirment que "les rousses, ça pue ... ?"
    9
    Dimanche 12 Février à 17:04
    Rhooo "ça" pue pas plus que les autres quand elles se lavent et si tel était le cas les roux aussi!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :