• 8 mai : Un appel international

    8 mai : Un appel international
     
    Un 8 mai, jour de la commémoration de la victoire de 1945, à l'entrée de la Ville Close de Concarneau. Un groupe de femmes est arrivé, elles se sont installées en plaisantant, arborant de grands sourires. Libérées, pas coincées pour un sou, elles ont répondu à l'invitation du Mouvement de la Paix, elles se présentent : Les "Vocal Barbak, de Lorient, collectif de femmes engagées".
    Les touristes, très nombreux en cette période de "ponts", semblent, pour certains, interloqués. D'autres sont indifférents, ou pressés en tous temps et en tous lieux, et poursuivent laborieusement leur chemin dans la foule et dans le défilé de gaufres, glaces et autres.
    Mais les incantations produisent peu à peu leurs effets : Des voix d'alti, graves, fortes, profondes, égrènent des litanies ou des chants de protestations, de luttes qui ont en commun le féminisme et le pacifisme. 
    De grandes banderoles du Mouvement de la Paix sont déployées. Très vite un bon nombre de spectateurs sont envoûtés par la force de ces voix convaincantes. On applaudit, on reprend en choeur les chants du groupe chilien Quilapayun  ...
     
     
    "El pueblo unido, jamas sera vencido"
     
    Et un maître-mot / slogan du Mouvement de la Paix :
    "Si veux la paix, prépare ... la paix !"
     
     

    8 mai : Un appel international

    "Quilapajun" : un nom de groupe musical, mais, bien plus, un cri, un appel, une lutte des années 70 ... Plus précisément 1973, dans le Chili de Pinochet.
    Pour moi, "adulescent" à cette époque où le mot n'existait pas encore, les luttes au Chili étaient très présentes. je les vivais au jour le jour, je souffrais avec Victor Jara sur l'arène ...
     
    8 mai : Un appel international
     

    Q U I L A P A J U N


    Fureur du rêve.
    Fureur de la révolte. 
    Notre fureur est juste,
     
    Nous aurions le droit,
     
    Le devoir, de la violence.
     
    La mer est rouge

    Comme notre cœur, 
    Violenté, écorché,
     
    Torturé,
     
    Indécence écarlate
     
    De la colère explosive.
     
    Je valserais les mots
     
    S’il fallait les valser,
     
    Mais la voix du bandonéon
     
    Expire lentement,
     
    Impuissante.
     
    Les martyrs ont souvent

    Le cœur en sang, 
    Le sang aux yeux
     
    Les yeux en larmes.
     
    Creuse, Petit, et n’oublie pas :
     
    Sous le sable des plages, sous le sable des stades
     
    Encore, et toujours, du sang.

    Chants de vie , 
    D’espoir, de justice,
     jamais ne seront vains.
     
    Loïc Roussain.
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 9 Mai à 16:53

    Très belle évocation, c'est comme si on y était. Ces femmes ont raison de manifester et de se faire entendre,
    mais la paix un jour sur terre, je n'y crois plus...

    2
    Jeudi 10 Mai à 08:00

    "Je n'y crois plus" ... Mais peut-être faut-il arrêter de naviguer entre espoir et pessimisme, ce dernier n'empêchant pas d'agir ?

    ou alors, agir est seulement pour se donner bonne conscience, et là on retourne dans le désespoir. Mais heureusement il existe encore des utopistes.

    Loïc

    3
    Jeudi 10 Mai à 10:25

    Chacun s'exprime à sa manière. Parole essentielle pas toujours reçue, entendue, comprise en effet. Couage camarade.

    4
    Vendredi 11 Mai à 14:10

    Œuvrer pour la paix, oui, jusque dans les plus petits gestes du quotidien. ..

    Amitiés

    5
    Dimanche 13 Mai à 19:10
    DDD59

    Je les ai vues il y a deux ans en passant à Concarneau . Je les ai filmées, c'était très agréableyes

    Bisous Loïc et merci pour tes petites interventions chez les Croqueurs de Môts et sur mon blog.

    Domi.

    6
    Lundi 14 Mai à 09:29

    Coucou. Pour moi la paix se construit au jour le jour et dans les plus petites choses du quotidien. Les gens qui dénoncent les guerres et qui ne sont pas foutus de s'entendre avec leurs voisins pour une simple histoire de haie ou de place de parc me font rire. Bises alpines et belle semaine.

    7
    Mercredi 16 Mai à 08:28

    Je suis utopiste... c'est ce qui me permet de vivre.

    J'aime beaucoup ta page, Loïc, merci pour la découverte.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :