• 1978 ...

    Pierre Denic, De Molène à Sein

    Amoco Cadiz (acrostiche).



    Arrogants, sans scrupules,

    Misérables, assoiffés de dollars,

    On ne veut pas y croire.

    Catastrophe, apocalypse, pas de mots…

    On oublie tout, et on recommence.

    Citadins, en bottes dans le coaltar.

    Abasourdis, accablés.

    Désespérance.

    Il y en aura d'autres ; la puanteur s'est invitée en ville.

    Zèle insensé dans la course aux profits.


    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Jeudi 29 Septembre 2016 à 17:15
    on n'en veut pas d'autres. Assez de ces désastres !
    2
    Jeudi 29 Septembre 2016 à 19:39
    Superbe, texte et image. Oui le zèle insensé de la course aux profits
    3
    dom
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 06:56
    Horribles souvenirs avec des images, sorties de notre mémoire, qui affluent ...
    Plus jamais ça !
    Coucou rapide, suis débordée.
    Bonne fin de semaine malgré le temps qui s'est dégradé ...
    Bisoux, loïc
    4
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 07:18
    Ah oui je m'en souviens, terrible cata que ce naufrage... faune et flore martyrs... que dire, la course à "l'échalote" qu'importe les façons...
    5
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 07:39
    Hélas il y en aura certainement d'autres. Bravo pour ton poème. Bon week-end
    6
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 12:24
    Bonjour loïc,
    Je ne me souviens pas de ça, mais ton poème est très beau, bon week-end, bises !
    7
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 14:01
    Je me souviens très bien de cette catastrophe.... Il y en a eu malheureusement d'autres par après !
    Bonne fin de semaine et très gros bisous !
    Lavandine
    http://lorgnettedunjour.canalblog.com/
    8
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 15:24
    Je m'en souviens d'autant mieux que j'y suis allée.
    Une des plus graves catastrophes écologiques visibles et scandaleuses dans sa soudaineté. Combien de catastrophes trop négligées car à bas bruit sur le long terme ou trop bien protégées par les lobbies qui en sont à l'origine ou en profitent ?
    Belle fin de semaine
    9
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 17:24
    Le pire était l'odeur ...
    10
    Lundi 3 Octobre 2016 à 13:21
    Je m'en souviens très bien. C'est la stupéfaction, la colère et la tristesse. Il y en aura d'autres, comme tu le dis. Hélas.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :